#AAFSaintÉ19 - comité scientifique : Claire Lemercier

Présentation des membres du comité scientifique pour l’édition 2019 du Forum des archivistes.

vendredi 5 janvier 2018
  • Imprimer

Claire Lemercier
Diplômée de l’IEP de Paris, agré­gée et doc­teure en his­toire, Claire Lemercier, entrée au CNRS en 2003, y est actuel­le­ment direc­trice de recher­che, rat­ta­chée au Centre de socio­lo­gie des orga­ni­sa­tions, après une pre­mière phase de car­rière à l’Institut d’his­toire moderne et contem­po­raine. Dans le cadre du master recher­che en socio­lo­gie de Sciences Po, elle ensei­gne l’usage de sour­ces écrites, notam­ment archi­vis­ti­ques. Principalement ancrées dans un dia­lo­gue entre his­toire et socio­lo­gie, mais fai­sant aussi appel à la science poli­ti­que, au droit et à l’économie, ses recher­ches por­tent sur les rela­tions entre État, entre­pri­ses et mar­chés, prin­ci­pa­le­ment en France, de 1750 à nos jours. Elles sont sou­vent cen­trées sur des ins­ti­tu­tions, sans négli­ger les tra­jec­toi­res des per­son­nes qui les font vivre. Elle s’est ainsi inté­res­sée aux cham­bres de com­merce, tri­bu­naux de com­merce, ins­tan­ces d’arbi­trage com­mer­cial et conseils de prud’hommes et, dans le cadre de recher­ches col­lec­ti­ves, aux cor­res­pon­dan­ces négo­cian­tes des XVIIIe et XIXe siè­cles, aux diri­geants des plus gran­des entre­pri­ses fran­çai­ses du XXe siècle et au deve­nir de l’appren­tis­sage après la Révolution fran­çaise. (voir son CV)
Parallèlement, Claire Lemercier a dévé­loppé avec Claire Zalc une acti­vité d’expé­ri­men­ta­tion et de vul­ga­ri­sa­tion de nou­vel­les métho­des quan­ti­ta­ti­ves – ou de nou­veaux usages d’ancien­nes métho­des – appli­quées à l’his­toire (voir le site asso­cié à leur manuel et à leur ate­lier). Les archi­ves les plus mas­si­ves, en par­ti­cu­lier les dos­siers nomi­na­tifs (de car­rière, de conten­tieux, de suivi par les ser­vi­ces sociaux, etc.) se prê­tent par­ti­cu­liè­re­ment bien à ce type de démar­ches, mais posent de déli­ca­tes ques­tions d’échantillonnage, que la vogue des big data n’a nul­le­ment ren­dues obso­lè­tes. Ces ques­tions ren­contrent celles de l’évaluation et la sélec­tion des archi­ves, ce qui a amené Claire Lemercier à par­ti­ci­per régu­liè­re­ment, depuis 2014, à des for­ma­tions des­ti­nées aux archi­vis­tes.
Membre élue du Conseil scien­ti­fi­que du CNRS, Claire Lemercier y par­ti­cipe acti­ve­ment à un groupe de tra­vail consa­cré à l’infor­ma­tion scien­ti­fi­que et tech­ni­que, qui a récem­ment orga­nisé une jour­née dédiée aux ques­tions de conser­va­tion et de par­tage des don­nées de la recher­che. Elle est également membre du comité de suivi de la Loi pour une République numé­ri­que mis en place en 2017 au minis­tère de la Recherche. Dans ces ins­tan­ces, elle s’atta­che à pro­mou­voir l’open science tout en rap­pe­lant l’impor­tance des savoir-faire pro­fes­sion­nels et dis­ci­pli­nai­res – dont ceux des archi­vis­tes – que la nou­veauté sup­po­sée de la « science des don­nées » ne doit pas conduire à déva­luer.



 titre documents joints


Retour en haut de la page