En route pour #AAFSaintÉ19 : présentation du thème du prochain Forum des archivistes

A 400 jours du prochain Forum des archivistes, découvrez le thème sur lequel travaille le comité scientifique présidé par Antoine Meissonnier.

mardi 13 février 2018
  • Imprimer

La trans­pa­rence est un enjeu cen­tral dans le métier des archi­vis­tes, garants d’un équilibre fra­gile entre la néces­saire pro­tec­tion de cer­tains secrets et l’accès aux infor­ma­tions indis­pen­sa­bles au fonc­tion­ne­ment d’une société démo­cra­ti­que.

Dans la sphère publi­que, la légis­la­tion tend à garan­tir un accès tou­jours plus large des citoyens à l’infor­ma­tion pro­duite par les ser­vi­ces publics, pous­sée en cela par les faci­li­tés offer­tes par le numé­ri­que, que rap­pelle le mou­ve­ment de l’open data. Cette soif de trans­pa­rence tra­verse toute la société et touche également les entre­pri­ses : cer­tai­nes de leurs don­nées sont vues comme des biens com­muns aux­quel­les tout le monde devrait avoir accès, sur­tout quand leur acti­vité peut avoir un impact socié­tal fort.

La mul­ti­pli­ca­tion récente des aler­tes lan­cées au cœur même des orga­ni­sa­tions pour­rait bien être le signe d’une muta­tion de l’équilibre entre secret et trans­pa­rence.
Par son rôle dans la gou­ver­nance de l’infor­ma­tion, l’archi­viste se trouve au cœur de ces trans­for­ma­tions.

L’acti­vité de l’archi­viste elle-même n’échappe pas à ce tiraille­ment : le débat actuel sur les « archi­ves essen­tiel­les » montre que les pra­ti­ques pro­fes­sion­nel­les archi­vis­ti­ques peu­vent être mal connues ou mal com­pri­ses, fra­gi­li­sant d’autant, aux yeux des citoyens, la confiance portée dans les ins­ti­tu­tions publi­ques ou pri­vées aux­quel­les l’archi­viste appar­tient. En tant que pro­fes­sion­nel de l’infor­ma­tion, l’archi­viste est aussi inter­rogé sur sa capa­cité à conser­ver et mettre à dis­po­si­tion l’infor­ma­tion numé­ri­que.

La troi­sième édition du Forum des archi­vis­tes qui se dérou­lera à Saint-Étienne les 20, 21 et 22 mars 2019 sera l’occa­sion de dres­ser le bilan des pra­ti­ques archi­vis­ti­ques actuel­les, à l’aune de la ques­tion de la trans­pa­rence, et d’ana­ly­ser les pers­pec­ti­ves à venir, tout en favo­ri­sant le dia­lo­gue avec les uti­li­sa­teurs des infor­ma­tions que les archi­vis­tes contri­buent à conser­ver.



 titre documents joints


(PDF – 832.2 ko)
        
Retour en haut de la page