Communiqué de presse de l’AAF

Archives et politique : le fantasme du broyeur

mercredi 16 mai 2012
  • Imprimer

Le 16 mai 2012

Archives et poli­ti­que : le fan­tasme du broyeur

Communiqué de presse de l’Association des archi­vis­tes fran­çais

Des images et des mots qui par­lent d’archi­ves minis­té­riel­les en par­tance pour le pilon : à chaque élection, nous avons droit aux mêmes cli­chés. Pourquoi ce fan­tasme du broyeur, à chaque chan­ge­ment de gou­ver­ne­ment ? Est-ce la fas­ci­na­tion pour le secret d’un pou­voir for­cé­ment occulte, sou­cieux d’effa­cer tout témoin de son acti­vité ? Les archi­ves détrui­tes comme sym­bole de l’alter­nance poli­ti­que, dans une démo­cra­tie pour­tant reconnue comme « apai­sée » ?

Ce lieu commun média­ti­que est pour­tant en déca­lage com­plet avec la réa­lité : les hommes poli­ti­ques et leurs conseillers savent depuis long­temps que chaque minis­tère dis­pose d’un ser­vice d’archi­ves, coor­donné par le Service inter­mi­nis­té­riel des Archives de France et son Bureau des mis­sions. La des­truc­tion de docu­ments dépour­vus d’uti­lité admi­nis­tra­tive et d’inté­rêt his­to­ri­que ou scien­ti­fi­que est bien prévue par la loi fran­çaise, mais elle peut et doit être réa­li­sée dans les règles : avec tri et visa régle­men­tai­res.

Et si ces archi­ves publi­ques étaient détrui­tes illé­ga­le­ment ou détour­nées, la loi (arti­cle L 214-3 du Code du patri­moine) punit ces actes de trois ans d’empri­son­ne­ment et de 45 000 euros d’amende. De quoi faire réflé­chir…

À tra­vers ce simple rappel, l’Association des archi­vis­tes fran­çais sou­haite atti­rer l’atten­tion sur la fonc­tion citoyenne des archi­ves : sans conser­va­tion et pos­si­bi­lité de com­mu­ni­ca­tion des traces vivan­tes de l’action publi­que, une nation ne peut se pré­ten­dre démo­cra­ti­que. Propos abor­dés notam­ment dans l’une de ses publi­ca­tions : « les archi­ves des hommes poli­ti­ques contem­po­rains » (La Gazette des archi­ves, n°203, hors série, Éditions AAF/Gallimard, 2007).
La ques­tion de la place des archi­ves dans le fonc­tion­ne­ment et le projet du nou­veau gou­ver­ne­ment est ainsi posée.

Contact : secre­ta­riat@ar­chi­vis­tes.org et 01-46-06-39-44

CC BY-NC-ND gstef74



 titre documents joints


Retour en haut de la page