Concours de la fonction publique : l’AAF se mobilise plus que jamais pour la reconnaissance des archivistes !

Communiqué du 27 janvier 2014, dossier suivi par la Commission formation - emploi - métiers de l’AAF

Commission formation - emploi - métiers   vendredi 14 février 2014
  • Imprimer

Mise à jour du 14 février :
L’Association des étudiants et diplô­més en Archivistique d’Aix-Marseille (AEDA-UP) se porte soli­daire de cette action et dénonce également les dys­fonc­tion­ne­ments lors des dif­fé­rents concours de recru­te­ment d’archi­vis­tes dans la fonc­tion publi­que par une motion de sou­tien. L’AAF la remer­cie.

Communiqué :
L’année 2013 a vu se mul­ti­plier les dys­fonc­tion­ne­ments lors des dif­fé­rents concours de recru­te­ment d’archi­vis­tes dans la fonc­tion publi­que : par­cours du com­bat­tant pour l’ins­crip­tion aux concours d’assis­tant et d’assis­tant prin­ci­pal de conser­va­tion du patri­moine ; perte de nom­breux postes au concours d’atta­ché, alors même que les col­lec­ti­vi­tés pei­nent à recru­ter des titu­lai­res ; six postes sur treize non pour­vus aux concours exter­nes de conser­va­teur du patri­moine.

Alors même que notre pro­fes­sion est en plein renou­veau, comme en atteste le dyna­misme de notre asso­cia­tion, alors que les uni­ver­si­tés et l’école natio­nale des char­tes for­ment chaque année des pro­fes­sion­nels qua­li­fiés et en prise avec les réa­li­tés de notre métier, les employeurs publics ne par­vien­nent plus à assu­rer les condi­tions du recru­te­ment de leurs archi­vis­tes. Problèmes tech­ni­ques d’orga­ni­sa­tion des concours ; épreuves sou­vent ina­dap­tées aux besoins réels de la pro­fes­sion ; désin­té­rêt de l’INP ou du CNFPT pour une spé­cia­lité inté­grant de plus en plus des pro­blé­ma­ti­ques juri­di­ques et électroniques à côté des com­pé­ten­ces clas­si­ques de valo­ri­sa­tion du patri­moine : autant de pro­blè­mes aux­quels des répon­ses rapi­des doi­vent être appor­tées par les pou­voirs publics.

C’est pour­quoi l’AAF se mobi­lise, depuis juin der­nier, pour sen­si­bi­li­ser les auto­ri­tés orga­ni­sa­tri­ces des concours et contri­buer à leur réno­va­tion. Avec plu­sieurs asso­cia­tions pro­fes­sion­nel­les de biblio­thé­cai­res, fai­sant également partie de l’Interassociation archi­ves biblio­thè­ques docu­men­ta­tion (IABD), l’asso­cia­tion a par­ti­cipé le 18 novem­bre 2013 à une ren­contre avec la direc­tion géné­rale des col­lec­ti­vi­tés loca­les sur le der­nier concours d’assis­tant. Elle vient d’inter­pel­ler les minis­tres de la culture et de l’inté­rieur, ainsi que le CNFPT, sur le concours de l’INP. Elle va également inter­ve­nir auprès des cen­tres de ges­tion sur celui d’atta­ché de conser­va­tion.

L’AAF a cons­cience que toutes ces ques­tions s’ins­cri­vent dans la néces­saire remise à plat de la place de la « filière cultu­relle » au sein des fonc­tions publi­ques. C’est le sens du com­mu­ni­qué de presse commun publié le 6 jan­vier 2014 suite au rap­port de Bernard Pêcheur avec l’ABF (Association des Bibliothécaires de France), l’ACIM (Association pour la Coopération des Professionnels de l’Information Musicale), l’ADBDP (Association des Directeurs de Bibliothèques Départementales de Prêt), l’ADBGV (Association des Directeurs des Bibliothèques muni­ci­pa­les et des Groupements inter­com­mu­naux des Villes de France) et l’AGCCPF (Association des Conservateurs des Collections Publiques de France).

Le sec­teur public, y com­pris dans sa phase de « moder­ni­sa­tion » et de « mutua­li­sa­tion », a un besoin crois­sant de pro­fes­sion­nels des archi­ves ; les employeurs publics, cons­cients de leurs besoins archi­vis­ti­ques, ont créé de nom­breux postes ces der­niè­res années : agis­sons main­te­nant pour une vraie reconnais­sance de nos qua­li­fi­ca­tions !



 titre documents joints


Retour en haut de la page