« L’Archiviste » dans la Gazette des communes

Vous trouverez ci-dessous le texte du message envoyé à la Gazette des communes suite à la nouvelle parue le 11 août 2008 et nommée « L’archiviste », ainsi que le communiqué de presse rédigé pour l’occasion.

jeudi 4 septembre 2008
  • Imprimer

Vous avez publié, dans la Gazette du 11 août 2008, dans le cadre de votre série d’été « concours de nou­vel­les », un texte inti­tulé « l’archi­viste ».

Ce texte se pré­sente comme une œuvre de fic­tion, met­tant en scène un impro­ba­ble fonc­tion­naire auquel aucun des pon­cifs attri­bués à notre pro­fes­sion n’est épargné. Mais pas­sons. Les direc­teurs géné­raux des ser­vi­ces, qui s’occu­pent rare­ment per­son­nel­le­ment de leurs archi­ves, ont le droit, sur­tout sous le cou­vert de la fic­tion, d’ima­gi­ner les archi­vis­tes comme il leur semble, et même de façon suran­née. Gageons que l’auteur n’a guère eu l’occa­sion de ren­contrer des mem­bres de notre pro­fes­sion, elle aurait du mal à faire coïn­ci­der ses fan­tas­mes et la réa­lité.

Là n’est tou­te­fois pas l’essen­tiel. Il est dans la conclu­sion de la nou­velle où le maire (et sa démar­che est pré­sen­tée comme posi­tive et fac­teur de pro­grès), décide de confier l’archi­vage de sa mairie à une société privée, nom­mé­ment dési­gnée. Or, ren­sei­gne­ments pris, cette société existe bel et bien.

Du coup, cette nou­velle prend un parfum plutôt amer voire nau­séa­bond et appa­raît comme une publi­cité dégui­sée déni­grant le sec­teur public d’une pro­fes­sion afin de mettre en avant une société pré­cise et à but évidemment lucra­tif.

L’asso­cia­tion des archi­vis­tes fran­çais ne peut que réagir vive­ment à ce texte et nous vous deman­dons de bien vou­loir publier le com­mu­ni­qué ci-des­sous.



 titre documents joints


(PDF – 137.2 ko)
        
Retour en haut de la page