La fonction publique de l’État

Un fonctionnaire de l’État est recruté dans un corps, au sein duquel peuvent être exercés différents métiers : ainsi, les documentalistes et les archivistes pourront tous deux relever des corps des chargés d’études documentaires et des secrétaires de documentation.

jeudi 23 octobre 2014
  • Imprimer

1. Conservateur du patrimoine. Catégorie A


Lieux d’exer­cice :
Les conser­va­teurs du patri­moine, spé­cia­lité « archi­ves » exer­cent leurs fonc­tions au Service inter­mi­nis­té­riel des Archives de France et dans ses mis­sions dans les admi­nis­tra­tions cen­tra­les, aux Archives natio­na­les, dans les ser­vi­ces d’archi­ves des minis­tè­res de la Défense et des Affaires Etrangères, dans les grands établissements publics et dans les ser­vi­ces d’archi­ves dépar­te­men­ta­les. Ils assu­rent des fonc­tions de direc­tion, d’enca­dre­ment ou d’exper­tise scien­ti­fi­que.

Possibilités de déta­che­ment entre corps (fonc­tion publi­que de l’État) ou cadre d’emplois (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) équivalents :
Les conser­va­teurs du patri­moine peu­vent également être déta­chés dans des postes ter­ri­to­riaux équivalents (cadre d’emplois des conser­va­teurs ter­ri­to­riaux) au sein des archi­ves régio­na­les, dépar­te­men­ta­les ou muni­ci­pa­les.

Statut :
Le statut des conser­va­teurs du patri­moine est défini par le décret n° 2013-788 du 28 août 2013.

Concours :
Le corps des conser­va­teurs du patri­moine est acces­si­ble par un concours du minis­tère de la Culture, orga­nisé par l’Institut natio­nal du Patrimoine. La filière archi­ves de ce concours peut être notam­ment pré­pa­rée à l’École natio­nale des char­tes.

2. Chargé d’études documentaires (Culture). Catégorie A


Lieux d’exer­cice :
Les char­gés d’études docu­men­tai­res du minis­tère de la Culture exer­cent prin­ci­pa­le­ment leurs fonc­tions aux Archives natio­na­les et dans les ser­vi­ces d’archi­ves dépar­te­men­ta­les.

Possibilités de déta­che­ment entre corps (fonc­tion publi­que de l’État) ou cadre d’emploi (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) équivalents :
Les char­gés d’études docu­men­tai­res culture peu­vent être déta­chés dans le corps inter­mi­nis­té­riel des char­gés d’études docu­men­tai­res ou celui des ingé­nieurs d’études du minis­tère de l’ensei­gne­ment supé­rieur. Ils peu­vent également être déta­chés dans le cadre d’emplois des atta­chés de conser­va­tion du patri­moine (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale).

Statut :
Le statut des char­gés d’études docu­men­tai­res a été défini par le décret n° 98-188 du 19 mars 1998

Concours :
Le corps des chargé d’études docu­men­tai­res culture est acces­si­ble par concours. Trois options exis­tent dont une option « archi­ves ».

3. Chargé d’études documentaires (corps interministériel). Catégorie A

Lieux d’exer­cice :
Les char­gés d’études docu­men­tai­res du corps inter­mi­nis­té­riel exer­cent prin­ci­pa­le­ment leurs fonc­tions dans les ser­vi­ces d’archi­ves des minis­tè­res de la Défense et des Affaires Etrangères ainsi que dans les autres admi­nis­tra­tions cen­tra­les, à l’excep­tion des minis­tè­res de la culture et de l’Education natio­nale.

Possibilités de déta­che­ment entre corps (fonc­tion publi­que de l’État) ou cadre d’emploi (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) équivalents :
Les char­gés d’études docu­men­tai­res inter­mi­nis­té­riels peu­vent être déta­chés dans le corps des char­gés d’études docu­men­tai­res du minis­tère de la culture ou celui des ingé­nieurs d’études du minis­tère de l’ensei­gne­ment supé­rieur. Ils peu­vent également être déta­chés dans le cadre d’emplois des atta­chés de conser­va­tion du patri­moine (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale).

Statut :
Le statut des char­gés d’études docu­men­tai­res est défini par le décret n° 98-188 du 19 mars 1998.

Concours :
La corps inter­mi­nis­té­riel des char­gés d’études docu­men­tai­res est acces­si­ble par un concours orga­nisé par le minis­tère du déve­lop­pe­ment dura­ble. Il n’y a pas d’option « archi­ves » mais une partie de postes offerts sont des postes d’archi­viste.

4. Ingénieur d’études et ingénieur de recherche (Éducation nationale et recherche). Catégorie A

Lieux d’exer­cice :
Les ingé­nieurs d’études et les ingé­nieurs de recher­che exer­cent prin­ci­pa­le­ment leurs fonc­tions dans les uni­ver­si­tés, ainsi que dans les grands établissements de recher­che et dans cer­tains rec­to­rats.

Possibilités de déta­che­ment entre corps (fonc­tion publi­que de l’État) ou cadre d’emploi (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) équivalents :
Les ingé­nieurs d‘études peu­vent être déta­chés dans les corps des char­gés d’études docu­men­tai­res (culture et équipement), ou dans le cadre d’emplois des atta­chés de conser­va­tion du patri­moine.
Les ingé­nieurs de recher­che peu­vent être déta­chés dans le corps des conser­va­teurs du patri­moine (fonc­tion publi­que de l’État) et dans le cadre d’emploi des conser­va­teurs ter­ri­to­riaux du patri­moine.

Statut :
Le statut des ingé­nieurs d’études et des ingé­nieurs de recher­che est défini par le décret n°85-1534 du 31 décem­bre 1985.

Concours :
Les corps des ingé­nieurs d’études et des ingé­nieurs de recher­che sont acces­si­bles par des concours du minis­tère de l’Éducation natio­nale.

5. Secrétaires de documentation. Catégorie B

Lieux d’exer­cice :

Les secré­tai­res de docu­men­ta­tion exer­cent prin­ci­pa­le­ment leurs fonc­tions aux Archives natio­na­les et dans les ser­vi­ces d’archi­ves dépar­te­men­ta­les.

Possibilités de déta­che­ment entre corps (fonc­tion publi­que de l’État) ou cadre d’emploi (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) équivalents :
Les secré­tai­res de docu­men­ta­tion peu­vent également être déta­chés au sein des corps des secré­tai­res admi­nis­tra­tifs (fonc­tion publi­que de l’État), ou dans le cadre d’emploi (fonc­tion publi­que ter­ri­to­riale) des assis­tants de conser­va­tion du patri­moine.

Statut :
Le statut des secré­tai­res de docu­men­ta­tion est défini par le décret n° 2013-830 du 16 sep­tem­bre 2013

Concours :
Le corps des secré­tai­res de docu­men­ta­tion est acces­si­ble par un concours du minis­tère de la Culture.

Retour en haut de la page