Le concours de conservateur du patrimoine accessible aux non-latinistes

Commission formation - emploi - métiers   vendredi 31 octobre 2014
  • Imprimer

Le minis­tère de la culture vient de modi­fier les épreuves du concours externe de conser­va­teur du patri­moine. Dès 2015, les can­di­dats pour­ront choi­sir les lan­gues qu’ils pré­sen­tent, sans obli­ga­tion de passer l’épreuve en latin.

L’AAF se réjouit de cette avan­cée, qui répond à une des reven­di­ca­tions por­tées par l’asso­cia­tion et crée des condi­tions d’accès plus égalitaires aux grades supé­rieurs de la fonc­tion publi­que. Le latin était en effet un obs­ta­cle pour la majo­rité des can­di­dats poten­tiels, qu’ils soient issus des uni­ver­si­tés ou de la sec­tion B de l’École natio­nale des char­tes. La solu­tion rete­nue pré­serve tou­te­fois la pos­si­bi­lité de recru­ter des lati­nis­tes, cette langue fai­sant tou­jours partie des options offer­tes.
L’AAF encou­rage donc vive­ment les jeunes pro­fes­sion­nels à se pré­sen­ter au pro­chain concours. Elle pour­sui­vra son action, aux côtés des asso­cia­tions d’étudiants et de diplô­més en archi­vis­ti­que et des autres asso­cia­tions de pro­fes­sion­nels du patri­moine et de l’infor­ma­tion, pour l’amé­lio­ra­tion de nos sta­tuts.

lien vers le texte de l’Inp

By Tfioreze (Own work) [CC-BY-SA-3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0) or GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html)], via Wikimedia Commons

Retour en haut de la page