Qu’est-ce qu’un archiviste ?

vendredi 1er juillet 2005
  • Imprimer

Un professionnel de l’information et du patrimoine

L’archi­viste est res­pon­sa­ble des archi­ves (ensem­ble des docu­ments, quel que soit leur sup­port et quelle que soit leur date, pro­duits ou reçus par les per­son­nes ou les orga­nis­mes publics ou privés) de l’entre­prise, l’admi­nis­tra­tion, l’asso­cia­tion... où il tra­vaille. Il est chargé notam­ment de la conser­va­tion des archi­ves his­to­ri­ques, mais il inter­vient également en amont de la chaîne de trai­te­ment de l’infor­ma­tion et sen­si­bi­lise les ser­vi­ces à ce prin­cipe essen­tiel : un docu­ment est un docu­ment d’archi­ves dès sa créa­tion.

Gardien de la mémoire des orga­ni­sa­tions, l’archi­viste est aussi un média­teur : en valo­ri­sant les archi­ves et en les com­mu­ni­quant aux publics qui le sou­hai­tent, il trans­met et fait vivre cette mémoire. Il contri­bue au par­tage des connais­san­ces.

L’archi­viste doit connaî­tre le passé, maî­tri­ser le pré­sent et pré­pa­rer l’avenir : les docu­ments d’aujourd’hui seront demain les maté­riaux de l’Histoire.

Les principales activités de l’archiviste

L’archi­viste doit gérer toutes les étapes de la chaîne archi­vis­ti­que : la col­lecte et le clas­se­ment des docu­ments, leur trai­te­ment final, leur conser­va­tion et leur com­mu­ni­ca­tion au public.
Il doit également être un bon ges­tion­naire et un déci­deur : la ges­tion de pro­jets (cons­truc­tion de nou­veaux bâti­ments, infor­ma­ti­sa­tion d’un ser­vice, rela­tion avec les pres­ta­tai­res exté­rieurs...), comme la ges­tion de per­son­nel, entrent dans ses attri­bu­tions.

En amont : Audit, expertise, formation

- L’archi­viste évalue l’impor­tance du contenu des docu­ments.
- Il forme le per­son­nel des ser­vi­ces à la ges­tion de leur pro­duc­tion de docu­ments.
- Il élabore des outils de trai­te­ment des archi­ves dès leur créa­tion : ces outils per­met­tent d’ana­ly­ser l’uti­lité des docu­ments pro­duits, de fixer leur durée de conser­va­tion, de déter­mi­ner quel­les seront les archi­ves défi­ni­ti­ves.

Classement, conservation

- Après exper­tise, l’archi­viste trie les docu­ments col­lec­tés.
- Il les orga­nise de façon cohé­rente.
- Il prend des mesu­res pour assu­rer la conser­va­tion, la res­tau­ra­tion et la sécu­ri­sa­tion des docu­ments.
- Il assure également le ran­ge­ment des docu­ments, met en place leur condi­tion­ne­ment et super­vise la des­truc­tion de cer­tains docu­ments, selon les dis­po­si­tions régle­men­taire en vigueur.

Communication

- L’archi­viste élabore et com­mu­ni­que aux ser­vi­ces de son orga­ni­sa­tion et au public des outils d’aide à la recher­che : ins­tru­ments de recher­che, guide des sour­ces...
- Il com­mu­ni­que les docu­ments aux dif­fé­rents publics qui le sou­hai­tent : ser­vi­ces, cher­cheurs, généa­lo­gis­tes, étudiants... : cette dimen­sion de la pro­fes­sion jus­ti­fie toutes les autres, la fina­lité de la conser­va­tion des archi­ves étant de pou­voir, dans le res­pect des délais fixés par la loi, les com­mu­ni­quer au plus grand nombre.
- Il oriente et guide les lec­teurs et uti­li­sa­teurs dans leurs recher­ches.

Valorisation

- L’archi­viste, par le biais des nou­vel­les tech­no­lo­gies de l’infor­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion, dif­fuse les outils d’aide à la recher­che et valo­rise les archi­ves auprès du plus grand nombre.
- L’archi­viste, avec les ser­vi­ces éducatifs qui exis­tent dans cer­tains ser­vi­ces d’archi­ves (Archives natio­na­les, Archives dépar­te­men­ta­les, Archives muni­ci­pa­les...) orga­nise des ate­liers, élabore des dos­siers docu­men­tai­res pour les ensei­gnants, dans le but de faire connaî­tre et de valo­ri­ser les archi­ves auprès du jeune public.
- L’archi­viste par­ti­cipe acti­ve­ment à l’orga­ni­sa­tion d’expo­si­tions. Conçues notam­ment autour de thé­ma­ti­ques his­to­ri­ques, ces mani­fes­ta­tions sont l’occa­sion de mettre en valeur les archi­ves, de les faire décou­vrir au public, dans des scé­no­gra­phies regrou­pant des docu­ments d’archi­ves, mais aussi des objets, des tableaux ou d’autres œuvres d’art. Voici quel­ques exem­ples d’expo­si­tions réa­li­sées par des ser­vi­ces d’archi­ves : « Qui a eu cette idée folle d’inven­ter l’école ? » aux Archives muni­ci­pa­les de Marseille, ou encore « Calligraphie, la beauté d’écrire » aux Archives dépar­te­men­ta­les de Maine-et-Loire.

- D’autres formes ou modes d’expres­sion per­met­tent aujourd’hui de déve­lop­per les publics : lec­tu­res d’archi­ves à voix haute, ate­liers d’écritures, jeux, expo­si­tions vir­tuel­les sur Internet...

Retour en haut de la page