Auteurs : résultat du travail entamé depuis 2001 par un groupe intersection (EPUISE)

Référentiel métier : la profession d’archiviste ou les métiers des archives

Pour chacune des grandes fonctions de l’archiviste (collecte, classement, conservation et communication, auxquelles s’ajoute la gestion d’un service d’archives), ce référentiel recense les activités et place en regard les connaissances nécessaires ainsi que les éléments indispensables de savoir-faire et de savoir-être.

samedi 5 septembre 2009
  • Imprimer

Archiviste est un métier qui a connu plus d’évolution ces trente der­niè­res années que depuis son appa­ri­tion cons­ciente au XIXe siècle. Cette pro­fes­sion, qui étudie et donne à com­pren­dre le contexte de pro­duc­tion de l’infor­ma­tion géné­rée par une acti­vité, est passée d’une vision essen­tiel­le­ment patri­mo­niale à une saisie glo­bale de la pro­duc­tion docu­men­taire depuis son ori­gine.

L’archi­viste doit faire chaque jour preuve d’une sou­plesse d’esprit et d’une adap­ta­bi­lité qui font de lui un acteur essen­tiel du fonc­tion­ne­ment de la trans­pa­rence et de la mémoire des orga­ni­sa­tions qui l’emploient, et par là-même, il cons­ti­tue un rouage majeur de la société moderne.

Il importe que les res­pon­sa­bles des ser­vi­ces d’archi­ves soient en mesure, lorsqu’ils doi­vent rédi­ger une fiche de poste, de trou­ver les éléments qui leur per­met­tent de recru­ter le bon niveau par rap­port à leur besoin au sein de leur ser­vice : il est fon­da­men­tal que le métier d’archi­viste soit exercé de façon claire, selon les tâches confiées et les com­pé­ten­ces défi­nies, aux trois seuils de res­pon­sa­bi­lité que sont les niveaux cadre, maî­trise ou exé­cu­tion (ou caté­go­ries A, B et C de la fonc­tion publi­que).

Ainsi, pour cha­cune des gran­des fonc­tions de l’archi­viste (col­lecte, clas­se­ment, conser­va­tion et com­mu­ni­ca­tion, aux­quel­les s’ajoute la ges­tion d’un ser­vice d’archi­ves), ce réfé­ren­tiel recense les acti­vi­tés et place en regard les connais­san­ces néces­sai­res ainsi que les éléments indis­pen­sa­bles de savoir-faire et de savoir-être.

Exemple pour le clas­se­ment :

- Savoir :

Cadre légis­la­tif et régle­men­taire appli­ca­ble aux éliminations

Appliquer un tableau de ges­tion, un plan de clas­se­ment

Connaître le cadre de clas­se­ment et son appli­ca­tion sur la cota­tion

- Savoir-faire :

Replacer les acti­vi­tés de l’orga­nisme dans un contexte plus large
pour Comprendre les règles de répar­ti­tion des archi­ves

Identifier les docu­ments (dou­bles, brouillons...)

Appliquer le prin­cipe du res­pect des fonds

Organisation

- Savoir-être :

Méthode

Sens de l’obser­va­tion

Confidentialité

Esprit logi­que

Rigueur

et... forme phy­si­que !

Sommaire :

- Introduction

- Du records mana­ge­ment à la col­lecte

- Classement et des­crip­tion

- Conservation

- Communication et valo­ri­sa­tion

- Gestion d’un ser­vice d’archi­ves

- Glossaire

Date d’édition : 2008

Nombre de pages : 25 pages

Tarif : Gratuit

Commande :

Archivistes français formation : 8 rue Jean-Marie Jégo - 75013 PARIS

Tél : 01.46.06.39.44 - Fax : 01.46.06.39.52

secretariat@archivistes.org - www.archivistes.org

Retour en haut de la page