La Gazette des archives n° 262 (2021-2)

Du matériel à l’immatériel

Rédaction de la Gazette des archives   lundi 21 mars 2022
  • Imprimer

Y a-t-il place, en matière d’archi­ves, entre une moder­ni­sa­tion sys­té­ma­ti­que qui isole le texte et le signe dans l’« imma­té­riel » et une nos­tal­gie archaï­sante qui muséi­fie des objets dans un passé dont toutes les pra­ti­ques seraient révo­lues ? Les exclu­sions réci­pro­ques et les oppo­si­tions com­plé­men­tai­res dési­gnées par les cou­ples de notions que sont le nou­veau et l’ancien, l’inno­va­tion et le pas­séisme, le maté­riel et l’imma­té­riel, per­met­tent-elles de penser les masses consi­dé­ra­bles, hybri­des, d’archi­ves de notre temps ?
Les auteurs des arti­cles de la pré­sente livrai­son don­nent des points de vue variés sur ces ques­tions en alter­nant l’exposé d’expé­ri­men­ta­tions tech­ni­ques, d’expé­rien­ces humai­nes et de décou­ver­tes dans les archi­ves. Quatre archi­vis­tes, mais aussi deux biblio­thé­cai­res, deux infor­ma­ti­ciens, un apprenti his­to­rien, un psy­cho­lo­gue cli­ni­cien, psy­cha­na­lyste et his­to­rien des scien­ces, un écrivain-poète et un dan­seur ont été invi­tés à le faire, en tenant compte de la pré­gnance du sys­tème ter­naire du corps, du texte et de l’outil où se trouve dépas­sée l’oppo­si­tion de la psyché et du soma.

Ce numéro a été coor­donné par Georges Cuer, conser­va­teur géné­ral hono­raire, avec l’appui de Françoise Hiraux et Élodie Belkorchia.


SOMMAIRE

Du maté­riel à l’imma­té­riel

- Un intro­duc­tion, par Françoise HIRAUX et Georges CUER

- Dossiers rela­tifs à la res­tau­ra­tion de Place-Royale de Québec (1955-1995), par William YOAKIM

- Un écrivain dans les archi­ves, par Jacques JOUET

- De quoi jouit l’archi­viste ? Méditation cer­ta­lienne sur le "vol d’âme" 2.0, par Ronan LE ROUX

- La Bibliographie de l’his­toire de France, des len­de­mains de la Seconde Guerre mon­diale à nos jours : le pas­sage pro­gres­sif de la col­lec­tion papier au numé­ri­que, par Isabelle HAVELANGE

- Document numé­ri­que : l’infor­ma­ti­que en quête d’un corps, par Aurélien BÉNEL

- Le Guichet du savoir de la Bibliothèque de Lyon demain, aujourd’hui et hier : les leçons d’une his­toire déjà longue, par Anne-Laure COLLOMB

- Un nou­veau moteur de recher­ches étincelant pour les archi­ves d’Ille-et-Vilaine ?, par Jean-Yves LE CLERC et Romain THOMAS

- Archives et tech­ni­ques : retour du corps, retour du lieu, par Georges CUER

- Entretien avec Boris Charmatz : un dan­seur et cho­ré­gra­phe, des archi­ves et les aven­tu­res du temps, par Boris CHARMATZ et Georges CUER

- Exploitation des conte­nus versus ana­lyse des docu­ments : exem­ple des cahiers citoyens de 2019, par Marie-Anne CHABIN et Édouard VASSEUR


RÉSUMÉS DES ARTICLES

Du maté­riel à l’imma­té­riel

- Un intro­duc­tion, par Françoise HIRAUX et Georges CUER

- Dossiers rela­tifs à la res­tau­ra­tion de Place-Royale de Québec (1955-1995), par William YOAKIM

Il est par­ti­cu­liè­re­ment dif­fi­cile de saisir la nature exacte des archi­ves et du fonds. Reflets objec­tifs des acti­vi­tés accom­plies pour cer­tains ou cons­truc­tions socia­les et pro­duits de contex­tes spé­ci­fi­ques pour d’autres, ces deux notions majeu­res de l’archi­vis­ti­que ne ces­sent de faire couler beau­coup d’encre. Face à cet impor­tant débat théo­ri­que, il importe d’aller sur le ter­rain et de se confron­ter direc­te­ment aux docu­ments d’archi­ves et à leur maté­ria­lité. Commencé au cours des années 1960, le chan­tier de res­tau­ra­tion de Place-Royale de Québec devient rapi­de­ment un vaste scan­dale patri­mo­nial. La volonté de trans­for­mer les mai­sons pour retrou­ver le style archi­tec­tu­ral fran­çais du temps de la « Nouvelle France » ne fait pas l’una­ni­mité et plu­sieurs experts par­lent de la créa­tion d’un Disneyland qué­bé­cois. L’accu­mu­la­tion des cri­ti­ques et des scan­da­les fait que ce chan­tier va connaî­tre de nom­breux rebon­dis­se­ments qui vont pro­fon­dé­ment impac­ter son dérou­le­ment. Les archi­ves du projet de res­tau­ra­tion de Place-Royale cons­ti­tuent alors un ter­rain favo­ra­ble pour ana­ly­ser l’impact du contexte sur la mise en archi­ves d’une acti­vité. Dans cette quête sur l’ori­gine d’un ensem­ble docu­men­taire, une véri­ta­ble archéo­lo­gie de papier se basant en partie sur la maté­ria­lité des archi­ves est sou­vent néces­saire.

- Un écrivain dans les archi­ves, par Jacques JOUET

Il est raconté, ici, com­ment, depuis près de cin­quante années d’écriture poé­ti­que et roma­nes­que, un écrivain a trouvé dans diver­ses archi­ves le point de départ, et sou­vent une bonne partie de la matière d’un cer­tain nombre de ses romans ou de ses poèmes. Comment le docu­ment agit-il ? Où est-il consulté ? Dans quel état d’esprit, dans quel état de corps se trouve le cher­cheur (qui en l’occur­rence n’est pas un pro­fes­sion­nel de l’Histoire) devant les archi­ves ? Un dia­lo­gue est engagé entre le docu­ment brut et l’œuvre lit­té­raire.

- De quoi jouit l’archi­viste ? Méditation cer­ta­lienne sur le "vol d’âme" 2.0, par Ronan LE ROUX

Quoiqu’il thé­sau­rise des traces du monde, l’archi­viste n’est pas tout à fait un croque-mort du docu­ment. Il y a bien une vie de l’« archive », mais en quoi inté­resse-t-elle le corps vivant ? Interroger ce lien archi­ves-corps avec la psy­cha­na­lyse, c’est s’aven­tu­rer sur une pas­se­relle que Michel de Certeau avait lancée sans l’emprun­ter tout à fait. Philippe Artières ou Elisabeth Roudinesco y ont fait quel­ques pas en illus­trant com­ment des archi­ves peu­vent faire l’objet de pro­jec­tions fan­tas­ma­ti­ques et d’inves­tis­se­ments libi­di­naux. Une anec­dote ins­ti­tu­tion­nelle ‒ le refus d’une pro­po­si­tion d’archi­vage numé­risé des nom­breu­ses créa­tions des patients d’un établissement psy­chia­tri­que ‒ four­nit ici l’occa­sion para­dig­ma­ti­que d’inter­ro­ger, à partir de l’éthique de la psy­cha­na­lyse, l’économie pul­sion­nelle qui sous-tend les déci­sions d’archi­vage. Si l’archi­vage est une objec­ti­fi­ca­tion, une féti­chi­sa­tion, à quel­les jouis­san­ces ces objets sont-ils des­ti­nés ? Quelles satis­fac­tions visent et ali­men­tent les gestes ordi­nai­res qui ponc­tuent la vie des archi­ves (cap­ture, clas­se­ment, mise à dis­po­si­tion, exhi­bi­tions) ? La ques­tion prend toute sa voi­lure en tenant compte qu’à côté des archi­vis­tes pro­fes­sion­nels se mul­ti­plient, par la grâce des tech­no­lo­gies numé­ri­ques, les archi­vis­tes ama­teurs encou­ra­gés à une mise en boîte du monde tou­jours plus effré­née.

-  La Bibliographie de l’his­toire de France, des len­de­mains de la Seconde Guerre mon­diale à nos jours : le pas­sage pro­gres­sif de la col­lec­tion papier au numé­ri­que, par Isabelle HAVELANGE

Le pas­sage de La Bibliographie de l’his­toire de France du papier vers le numé­ri­que montre l’intri­ca­tion com­plexe de consi­dé­ra­tions ins­ti­tu­tion­nel­les, finan­ciè­res, tech­ni­ques et humai­nes. L’infor­ma­ti­sa­tion, com­men­cée au début des années 1990, ne concerne au départ que l’outil de pro­duc­tion des biblio­gra­phes, débou­chant tou­jours sur un volume imprimé. Dès le début des années 2000 est appa­rue la néces­sité d’une visi­bi­lité en ligne de la col­lec­tion, pensée paral­lè­le­ment à la pro­duc­tion impri­mée. Plusieurs ins­ti­tu­tions ont d’abord été impli­quées dans le projet. Leur exper­tise, sans avoir pu mener le projet à son terme, a permis le mûris­se­ment du projet, fina­le­ment réa­lisé grâce à l’entrée en jeu de l’uni­ver­sité PSL. L’aban­don de la pro­duc­tion papier en 2012 a été un moment déci­sif. Les don­nées de la biblio­gra­phie, remo­de­lées afin d’être inte­ro­pé­ra­bles et com­pa­ti­bles avec les outils numé­ri­ques mon­diaux, ont permis l’inser­tion de la biblio­gra­phie dans l’uni­vers du web séman­ti­que. La saisie cou­rante se fait désor­mais en flux continu, visi­ble sur l’inter­face de consul­ta­tion publi­que main­te­nant ouverte au public. À moyenne échéance, le site de la BHF offrira l’entiè­reté de la col­lec­tion ancienne, menant à son terme un impor­tant projet patri­mo­nial impa­tiem­ment attendu par la com­mu­nauté his­to­rienne. Le site de la BHF, héri­tier d’une longue tra­di­tion et désor­mais ins­crit dans l’uni­vers du web, conti­nue à illus­trer, dans le domaine de la recher­che his­to­ri­que, l’essen­tielle néces­sité de la démar­che biblio­gra­phi­que.

- Document numé­ri­que : l’infor­ma­ti­que en quête d’un corps, par Aurélien BÉNEL

L’influence de l’infor­ma­ti­que sur la pra­ti­que des archi­vis­tes est indé­nia­ble. On ima­gine moins celle que l’archi­vis­ti­que peut avoir sur l’ingé­nie­rie infor­ma­ti­que (notam­ment pour les sys­tè­mes d’infor­ma­tion des­ti­nés aux pro­fes­sions intel­lec­tuel­les). La méthode, pré­sen­tée dans cet arti­cle, invite le concep­teur à lais­ser un temps les choix tech­ni­ques en sus­pens. À tra­vers six points d’atten­tion (iden­ti­fi­ca­tion, des­crip­tion, indexa­tion matière, anno­ta­tion/cita­tion, authen­ti­cité, révi­sion), elle le plonge dans l’épaisseur his­to­ri­que de la pra­ti­que des archi­ves, des biblio­thè­ques, de la phi­lo­lo­gie, de la diplo­ma­ti­que. Elle le confronte à la maté­ria­lité de la page, des feuillets, de leur ran­ge­ment. Ce n’est qu’au prix de cette plon­gée que peu­vent émerger les choix de modè­les infor­ma­ti­ques au ser­vice, non d’une vaine vir­tua­lité, mais de gestes de métier à réin­ven­ter.

- Le Guichet du savoir de la Bibliothèque de Lyon demain, aujourd’hui et hier : les leçons d’une his­toire déjà longue, par Anne-Laure COLLOMB

Le Guichet du savoir, ser­vice de ques­tions-répon­ses créé en 2004, s’ins­crit dans un phé­no­mène de trans­for­ma­tion numé­ri­que. En per­pé­tuelle évolution, il répond aux défis des nou­vel­les pra­ti­ques et pour­suit sa mis­sion de par­tage de connais­san­ces, don­nant à voir le visi­ble et l’invi­si­ble. Vous pouvez poser toute ques­tion d’ordre docu­men­taire ou rela­tive à un ren­sei­gne­ment ou une infor­ma­tion, les biblio­thé­cai­res vous répon­dent sous 72 heures avec des répon­ses pré­ci­ses ou des pistes de recher­che vrai­ment opé­ra­tion­nel­les.

- Un nou­veau moteur de recher­ches étincelant pour les archi­ves d’Ille-et-Vilaine ?, par Jean-Yves LE CLERC et Romain THOMAS

Cet arti­cle décrit la démar­che des Archives dépar­te­men­ta­les d’Ille-et-Vilaine pour aller vers une uti­li­sa­tion pra­ti­que du web séman­ti­que à tra­vers l’expé­ri­men­ta­tion d’une tech­no­lo­gie déve­lop­pée par une toute jeune société ren­naise, Askelys, qui conver­tit les bases de don­nées docu­men­tai­res clas­si­ques dans un format séman­ti­que. À l’heure de l’évolution des normes archi­vis­ti­ques de des­crip­tion des archi­ves vers le RiC (Records in Contexts) et d’une réflexion sur l’accès à leurs fonds dans le cadre d’un projet de ser­vice, les Archives dépar­te­men­ta­les d’Ille-et-Vilaine n’ont pas voulu man­quer l’oppor­tu­nité de pou­voir s’enga­ger à tester pen­dant quel­ques mois la trans­for­ma­tion de leur base de don­nées, riche de cen­tai­nes de mil­liers d’occur­ren­ces, vers l’eldo­rado promis d’un résul­tat précis et ciblé à toute ques­tion ou requête dont la réponse se trou­ve­rait dans leurs fonds archi­ves. Cela étant rendu pos­si­ble par le biais de fiches de des­crip­tion, ren­trées patiem­ment dans leurs sys­tè­mes d’infor­ma­tion suc­ces­sifs depuis plus de 25 ans. L’idée est donc ici de pré­sen­ter à grands traits la tech­no­lo­gie et le mode opé­ra­toire uti­li­sés par Askelys pour tro­quer le labo­rieux cheval de trait breton qu’était le réser­voir de don­nées des Archives dépar­te­men­ta­les d’Ille-et-Vilaine en un fou­gueux pur-sang, sus­cep­ti­ble de répon­dre au doigt et à l’œil à toutes les requê­tes en rap­port avec les innom­bra­bles res­sour­ces conser­vées dans leurs fonds. Le confi­ne­ment et la liqui­da­tion de la société n’ont mal­heu­reu­se­ment pas permis de pour­sui­vre l’expé­ri­men­ta­tion au-delà de l’inté­gra­tion de la base de don­nées des archi­ves dans l’outil d’Askelys. L’appren­tis­sage et l’uti­li­sa­tion du moteur de recher­che ne repren­dront donc pas comme prévu pour mon­trer ce qui pou­vait fonc­tion­ner (ou pas), les espoirs, les limi­tes ou les désillu­sions (s’il y en a !) liés au lan­gage de requête SPARQL en usage dans d’autres por­tails tels que Persée. Ce test avait aussi pour objec­tif de nous donner des orien­ta­tions sur les pos­si­bi­li­tés d’accès élargies à l’ensem­ble des corpus conser­vés par les archi­ves, que ce soit par la des­crip­tion ou par la numé­ri­sa­tion.

- Archives et tech­ni­ques : retour du corps, retour du lieu, par Georges CUER

En pen­sant le maté­riau archi­vis­ti­que comme appré­hen­da­ble par une toile de don­nées qui peu­vent être trai­tées direc­te­ment ou indi­rec­te­ment par des machi­nes, on peut faci­le­ment oublier qu’il est d’abord une cons­tel­la­tion en expan­sion cons­tante de fonds hybri­des très par­tiel­le­ment en ligne malgré de consi­dé­ra­bles réa­li­sa­tions et qu’il importe d’abord de loca­li­ser. Un retour cri­ti­que sur les défi­ni­tions des archi­ves don­nées par les phi­lo­so­phes contem­po­rains – obé­rées par l’absence de toute ana­lyse sociale – ou par le légis­la­teur et les ouvra­ges de la pra­ti­que, limi­tées celles-ci par leur objet nor­ma­tif et uti­li­ta­riste, permet de pren­dre à revers nombre d’idées reçues sur une numé­ri­sa­tion géné­ra­li­sée des archi­ves, pos­si­ble ou sou­hai­ta­ble, qui serait un cas par­ti­cu­lier de la numé­ri­sa­tion du monde. Le pré­sent texte se veut une apo­lo­gie sans rete­nue des archi­ves comme conglo­mé­rats de textes et d’objets, « qui pren­nent leur sens dans une série maté­rielle objec­tive » (Anheim), sont situés dans le temps et l’espace des socié­tés et ne sont pas seu­le­ment des textes ou des témoi­gna­ges ; une apo­lo­gie également des salles de lec­ture et d’une concep­tion humaine, sen­si­ble, de l’appro­che des archi­ves. La réfé­rence à Francis Ponge marque le sou­ve­nir d’une œuvre inclas­sa­ble inci­tant à se mettre à l’écoute du monde comme une sym­pho­nie, par l’atten­tion portée à « quel­ques pêches sur une assiette », « la ser­viette-éponge » au lavabo du res­tau­rant, une chèvre… Vouée à la popu­la­ri­sa­tion des inven­tai­res regar­dés comme les che­vaux de trait de l’archi­vis­ti­que, l’entre­prise qui a abouti au por­tail Online archi­ves of California mérite toute notre atten­tion. Elle a permis d’arti­cu­ler effi­ca­ce­ment l’accès aux archi­ves en ligne et un balayage global des fonds eux-mêmes, qui les débor­dent. Sa com­mande « browse » (browse col­lec­tions, browse ins­ti­tu­tions, browse maps), croi­sée avec la com­mande search qui nous est plus fami­lière, permet de signa­ler d’ensem­ble les ori­gi­naux là où on les conserve. L’évocation du por­tail cali­for­nien s’accom­pa­gne ici de plu­sieurs pro­po­si­tions de dis­po­si­tifs infor­ma­ti­ques adap­tés au cas des archi­ves fran­çai­ses.

- Entretien avec Boris Charmatz : un dan­seur et cho­ré­gra­phe, des archi­ves et les aven­tu­res du temps, par Boris CHARMATZ et Georges CUER

- Exploitation des conte­nus versus ana­lyse des docu­ments : exem­ple des cahiers citoyens de 2019, par Marie-Anne CHABIN et Édouard VASSEUR

Le Grand débat natio­nal orga­nisé par le gou­ver­ne­ment au début de l’année 2019 dans le contexte du mou­ve­ment social des Gilets jaunes a pro­duit un maté­riau docu­men­taire énorme dont le contenu a été converti en don­nées tex­tuel­les pour être ana­lysé à l’aide d’algo­rith­mes. Les cahiers citoyens (envi­ron 20 000) sont la com­po­sante papier de cet ensem­ble. Or, l’exploi­ta­tion algo­rith­mi­que a laissé de côté l’étude des sup­ports, la pré­sen­ta­tion for­melle, les écritures, les styles, autre­ment dit le « com­ment » à côté du « quoi ». Cet arti­cle s’atta­che à mon­trer que la méthode diplo­ma­ti­que, avec la grille de lec­ture et d’ana­lyse défi­nie par Jean Mabillon au XVIIe siècle, permet de déga­ger de très nom­breu­ses infor­ma­tions sur les contri­bu­tions et les contri­bu­teurs, don­nées qui n’ont pas été col­lec­tées en tant que telles et n’ont donc pas été exploi­tées dans la syn­thèse offi­cielle du Grand débat.

Deuxième numéro de l’abonnement 2021

ISSN : 0016-5522

Tarifs abonnement depuis 2019 :

Tarif pour un exemplaire : 30 € (frais de port inclus)

Tarifs de l’abonnement 2019 :
- adhérents à l’AAF : 75 € (95 € à l’étranger)
- non adhérents : 90 € (110 € à l’étranger)
- Libraires : 75 € (95 € à l’étranger)
- Première année : 10 € de réduction

Commande ou abonnement :
Paiement par chèque à l’ordre de « Archivistes français formation » (AFF) ou par mandat administratif. Paiement en ligne possible. Vous pouvez le commander dès à présent, et il vous sera ensuite envoyé.

Mail ou courrier à :
Archivistes français formation (AFF) : 8, rue Jean-Marie Jégo - 75013 PARIS
Tél : 01.46.06.39.44
secretariat@archivistes.org - www.archivistes.org

Retour en haut de la page