3 jours, 1er au 3 octobre 2019

Maîtriser les spécificités de la réglementation et de la gestion des archives hospitalières

Lieu : Rennes, Centre hospitalier universitaire
Prix : 900€
Bulletin d’inscription : télécharger
Conditions générales d’inscription et de participation : les consulter

 
  • Imprimer

Compétences ciblées :

Savoirs :
- Cadre légis­la­tif et régle­men­taire appli­ca­ble à l’orga­nisme et au
sec­teur d’acti­vité
- Droit de la preuve écrite
- Missions, acti­vi­tés et fonc­tion­ne­ment du ser­vice ou de
l’orga­nisme

Savoir-faire :
- Veille juri­di­que
- Encadrer la pro­duc­tion de docu­ments
- Appliquer une ins­truc­tion ou un tableau de ges­tion

Savoir-être :
- Sens de l’orga­ni­sa­tion
- Qualités rela­tion­nel­les
- Méthode

Prérequis : connaî­tre les fon­da­men­taux de la chaîne de trai­te­ment archi­vis­ti­que.

Objectif : acqué­rir les connais­san­ces essen­tiel­les pour maî­tri­ser l’archi­vage au sein d’une struc­ture hos­pi­ta­lière, d’un établissement médi­cal ou pour appren­dre à aider et guider les per­son­nes y tra­vaillant.

Public : toute per­sonne trai­tant des archi­ves hos­pi­ta­liè­res, en établissement hos­pi­ta­lier ou dans un ser­vice d’archi­ves défi­ni­ti­ves.

Contenu :
- Présentation du cadre légis­la­tif et régle­men­taire : com­pren­dre la loi, savoir quels sont les prin­ci­paux textes, connaî­tre les règles de com­mu­ni­ca­tion.
- Les mis­sions d’un ser­vice d’archi­ves dans un établissement de santé : défi­ni­tions de termes tech­ni­ques (D.U.A. et sort final) et appli­ca­tion de la théo­rie des trois âges aux archi­ves hos­pi­ta­liè­res, les pro­cé­du­res d’élimination et d’exter­na­li­sa­tion, les trois « C » des archi­ves
- Le dos­sier patient
- Application du contrôle scien­ti­fi­que et tech­ni­que : métho­des, recom­man­da­tions
- Valorisation et com­mu­ni­ca­tion des fonds hos­pi­ta­liers : appli­ca­tion de la loi de juillet 2008

Visite d’un ser­vice

Pour aller plus loin :
pensez au stage "Appliquer l’archi­vage électronique aux spé­ci­fi­ci­tés des archi­ves hos­pi­ta­liè­res"

Retour en haut de la page