Lettre ouverte à la Ministre de la Culture

Patrimoine et archives au ministère de la Culture : l’été sera chaud

Suite aux dernières informations sur la mission confiée à Monsieur Bélaval, vous trouverez ci-joint la lettre ouverte transmise ce jour à la Ministre de la Culture.

jeudi 5 juillet 2018
  • Imprimer

Madame la Ministre,

20 jours après que l’Association des archi­vis­tes fran­çais s’est inquié­tée de l’absence pro­lon­gée de direc­teur à la tête des Archives de France, voici que vous annon­cez par l’inter­mé­diaire du comité tech­ni­que minis­té­riel que la période esti­vale va être l’occa­sion d’un audit de toute la direc­tion géné­rale des Patrimoines de votre minis­tère.
Un audit peut certes se conce­voir quand on prend en main une admi­nis­tra­tion, mais pour­quoi ne pas l’avoir mené plus tôt ? Et pour­quoi le réa­li­ser ainsi, sur une période de deux mois en plein creux esti­val ? Oserait-on sup­po­ser que les répon­ses aux ques­tions sou­le­vées sont déjà écrites, et qu’il s’agit d’un pré­texte pour ne pas pour­voir des postes pour­tant stra­té­gi­ques, lais­sant sciem­ment ou non la situa­tion se dégra­der non seu­le­ment dans les ser­vi­ces concer­nés mais aussi dans tout le réseau des archi­ves ?

Par ailleurs, rap­pe­lons-le une nou­velle fois, les archi­ves ont certes une dimen­sion patri­mo­niale mais elles ont également une dimen­sion socié­tale forte en ce qu’elles per­met­tent aux orga­ni­sa­tions et aux citoyens de prou­ver leurs droits et qu’elles garan­tis­sent la trans­pa­rence de l’action publi­que : ces carac­té­ris­ti­ques doi­vent impé­ra­ti­ve­ment guider les choix d’orga­ni­sa­tion. À cet égard, priver les Archives de France de direc­tion, et ne pas pour­voir les postes, c’est faire courir un risque impor­tant au fonc­tion­ne­ment démo­cra­ti­que et à l’état de droit.

Madame la Ministre, cette situa­tion ne peut plus durer.

L’Association des archi­vis­tes fran­çais, por­tant la voix de toute une pro­fes­sion, sou­haite donc être ras­su­rée quant à la volonté du Gouvernement de pren­dre réel­le­ment et sérieu­se­ment en compte les enjeux patri­mo­niaux, socié­taux et pro­fes­sion­nels d’une éventuelle réor­ga­ni­sa­tion de votre minis­tère et, pour ce faire et dans un pre­mier temps, sou­haite être enten­due par la mis­sion Belaval.

Je vous prie de bien vou­loir agréer, Madame la Ministre, l’expres­sion de ma haute consi­dé­ra­tion.

Pierre-Frédéric BRAU, pré­si­dent de l’AAF

À propos de l’AAF
Fondée en 1904, l’Association des archivistes français regroupe aujourd’hui plus de 1 900 adhérents, professionnels des archives du secteur public comme du secteur privé.
Consciente du défi que représente, dans le monde contemporain, la maîtrise de la production archivistique et de l’information qu’elle renferme, l’AAF se définit comme un organe permanent de réflexions, de formations et d’initiatives mis au service des sources de notre histoire, celles d’hier comme celles de demain. L’association entend en cela défendre les intérêts des professionnels, promouvoir le métier d’archiviste et sensibiliser le grand public à l’importance citoyenne des archives en France mais également à travers le monde.
Contacts : Alice Grippon - Delegation_generale@archivistes.org ou 01-46-06-40-12
Association des archivistes français -8 rue Jégo –75013 Paris - www.archivistes.org



 titre documents joints


(PDF – 269.3 ko)
        
Retour en haut de la page