Retour d’expé­rience sur la col­lecte et l’exploi­ta­tion d’archi­ves orales en entre­prise

Afterwork de la section des archivistes d’entreprises et du secteur privé le 29 novembre 2018, à Paris

Permanence : Nicolas DIDON   jeudi 28 mars 2019
  • Imprimer

Les traces de l’his­­toire ne se trou­­vent pas seu­­le­­ment dans les archi­­ves pro­­dui­­tes au fil du temps dans le cadre de l’acti­­vité de nos entre­­pri­­ses. Ces traces sont également bien pré­­sen­­tes dans la mémoire des acteurs et des témoins de cette his­­toire.
L’inté­­rêt d’un docu­­ment est évalué en fonc­­tion d’autres docu­­ments et du contexte his­­to­­ri­­que du moment et cette évaluation est au cœur du tra­­vail des archi­­vis­­tes. Mais qui mieux que ces hommes et ces femmes peu­­vent évoquer ce qui n’est pas écrit offi­­ciel­­le­­ment, au-delà de la réa­­lité objec­­tive et admi­­nis­­tra­­tive, et appor­­ter des éclairages com­­plé­­men­­tai­­res sur la manière dont les faits et les actes se cons­­trui­­sent ?
Le terme « archi­­ves orales » dési­­gne géné­­ra­­le­­ment la cons­­ti­­tu­­tion d’un corpus ratio­­na­­li­­sée d’entre­­tiens. Elle fait appel à une métho­­do­­lo­­gie pré­­cise pour répon­­dre à des objec­­tifs de recher­­che his­­to­­ri­­que et de péren­­ni­­sa­­tion.
Si cette pra­­ti­­que est assez cou­­rante dans le cadre d’ins­­ti­­tu­­tions cultu­­rel­­les, d’asso­­cia­­tions liées à des ter­­ri­­toi­­res, ou dans le cadre de célé­­bra­­tions et expo­­si­­tions diver­­ses, elle est peu répan­­due dans les entre­­pri­­ses. Certaines sont cons­­cien­­tes de l’impor­­tance et de l’urgence de cette col­­lecte, avant que les pro­­ta­­go­­nis­­tes ne dis­­pa­­rais­­sent, mais peu fran­­chis­­sent le pas de la mise en place de tels pro­­gram­­mes.
Comment la col­­lecte de témoi­­gna­­ges oraux peut-elle s’inté­­grer dans une stra­­té­­gie de cons­­ti­­tu­­tion d’un fonds patri­­mo­­nial au sein d’un ser­­vice d’archi­­ves ? Au-delà de la conser­­va­­tion dans un but de recher­­ches ulté­­rieu­­res, la cap­­ta­­tion de témoi­­gna­­ges peut-elle s’insé­­rer dans le cadre d’une stra­­té­­gie d’exploi­­ta­­tion et de valo­­ri­­sa­­tion du patri­­moine ? Retracer le par­­cours de ceux qui ont par­­ti­­cipé à l’his­­toire de l’entre­­prise peut-il contri­­buer à répon­­dre à dif­­fé­­rents enjeux de l’entre­­prise dans le domaine des res­­sour­­ces humai­­nes, de la conduite du chan­­ge­­ment, de la recher­­che et de l’inno­­va­­tion, du mar­­ke­­ting, de l’image de marque, etc. ?
2 archi­­vis­­tes témoi­gnent :
- Odile FROSSARD, res­­pon­­sa­­ble du ser­­vice archi­­ves – CEA Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alter­­na­­ti­­ves
- Marjolaine MEESCHAERT, res­­pon­­sa­­ble des archi­­ves his­­to­­ri­­ques, Société Générale

La mani­­fes­­ta­­tion est accueillie par BNP Paribas dont l’Association pour l’his­­toire a été pré­­cur­­seur en la matière. Roger Nougaret, Responsable Archives et Histoire Groupe intro­­duit les débats.

Fiche chronothématique -  PDF - 493.7 ko
Fiche chronothématique

Partie 1 :

Partie 1

Partie 2 :

Partie 2

Partie 3 :

Partie 3

Partie 4 :

Partie 4

Partie 5 :

Partie 5

Partie 6 :

Partie 6
Retour expérience Société Générale -  PDF - 715.4 ko
Retour expérience Société Générale
Retour expérience CEA -  PDF - 666.3 ko
Retour expérience CEA
Retour en haut de la page