le 8 novembre 2018

Journée du groupe Bibliothèques d’archives

 
  • Imprimer

Lieu


Attention, chan­ge­ment de lieu !!

MAC/VAL Musée d’art contem­po­rain du Val de Marne
Place de la Libération
94400 VITRY/SEINE

Accès :
Comment venir au Musée ?
http://www.macval.fr/Comment-venir-au-musee

Horaires
9h-17h30

Thème


La lit­té­ra­ture grise, docu­men­ta­tion sou­ter­raine des biblio­thè­ques d’archi­ves

La lit­té­ra­ture grise occupe une large place dans les biblio­thè­ques spé­cia­li­sées dont les biblio­thè­ques d’archi­ves. C’est une docu­men­ta­tion évolutive qui a fait couler beau­coup d’encre pour lui donner une défi­ni­tion. Les par­ti­ci­pants du sémi­naire de York en GB, en décem­bre 1978, se sont arrê­tés sur le terme formel de lit­té­ra­ture grise étant entendu des docu­ments non conven­tion­nels et igno­rant les canaux habi­tuels de publi­ca­tion.
40 ans après, qu’est deve­nue la lit­té­ra­ture grise ? Où la trouve-t-on prin­ci­pa­le­ment ? Comment est-elle cata­lo­guée, valo­ri­sée, com­mu­ni­quée ? La lit­té­ra­ture grise recou­vre plu­sieurs défi­ni­tions qui se recou­pent, et qui posent avant tout la ques­tion de la notion du Document (à la fois un sup­port et une infor­ma­tion, un conte­nant et un contenu).

Aujourd’hui le docu­ment est tantôt papier tantôt numé­ri­que : les deux sup­ports se confron­tent sans s’affron­ter : ils s’épousent et s’épaulent sans se marier, ils coha­bi­tent car l’un ne peut sup­plan­ter l’autre. Tout docu­ment a pour objec­tif de livrer une infor­ma­tion (cons­tat, obser­va­tion, résul­tat, ana­lyse etc.) la ques­tion étant de savoir si toute infor­ma­tion mérite d’être publiée. Et de dis­tin­guer les dif­fé­rents niveaux de publi­ca­tion (à compte d’auteur, par une admi­nis­tra­tion, par une entre­prise, par une maison d’édition). Le statut du docu­ment échappant au cir­cuit com­mer­cial est-il moins reconnu que le docu­ment édité lequel serait consa­cré, approuvé, validé et salué à l’una­ni­mité ?

Toute la docu­men­ta­tion four­millante dans les maga­sins des biblio­thè­ques d’archi­ves, dis­per­sée et cachée, ne mérite-t-elle pas d’être lue, impor­tée, expor­tée, cap­tu­rée par des moteurs de recher­che, indexée pour être com­mu­ni­quée et ren­contrer enfin son public-inat­tendu- selon les flux de trans­port du docu­ment ?

Le docu­ment de lit­té­ra­ture grise revêt une entité archi­vis­ti­que car il émane bien sou­vent de fonds d’archi­ves : rap­port étroit entre le docu­ment archi­ves et le docu­ment de biblio­thè­que non édité. Les docu­ments gris, impor­tés d’un fonds d’archi­ves, sont-ils suf­fi­sam­ment bien relayés en étant rapa­triés dans un fonds docu­men­taire voire dis­per­sés dans des séries diver­ses de biblio­thè­que ? Ne per­dent-ils pas de leur his­toire, de leur che­mi­ne­ment ori­gi­nel, de leur tra­ça­bi­lité his­to­ri­que ?

Le docu­ment gris, introu­va­ble et inclas­sa­ble ? Le docu­ment gris déli­vre une infor­ma­tion à carac­tère sou­vent immé­diat, de telle sorte qu’il ne peut être édité, non qu’il soit dépourvu d’inté­rêt, mais sa dif­fu­sion immi­nente lui inter­dit de fran­chir les étapes d’une publi­ca­tion qui lui ôterait une part d’authen­ti­cité, tra­ves­tie entre les mains de tier­ces per­son­nes (éditeur, impri­meur, dif­fu­seur, libraire) qui pour­raient déna­tu­rer son contenu, son mes­sage ini­tial.

Il existe assez peu d’études ou de jour­nées pro­fes­sion­nel­les sur la lit­té­ra­ture grise : quand elles exis­tent, elles trai­tent assez peu sou­vent de la place de la lit­té­ra­ture grise en biblio­thè­ques publi­ques mais plus sou­vent en BU ou biblio­thè­que de labo­ra­toire de recher­che, c’est-à-dire des biblio­thè­ques avec des fonds encore plus spé­cia­li­sés et scien­ti­fi­ques que ceux des biblio­thè­ques d’archi­ves.

Essayons de com­bler ce manque : la jour­née abor­dera les pro­blé­ma­ti­ques de la lit­té­ra­ture grise en biblio­thè­ques d’archi­ves mais aussi plus lar­ge­ment au sein des biblio­thè­ques publi­ques et scien­ti­fi­ques : col­lec­tions des fonds patri­mo­niaux et des biblio­thè­ques spé­cia­li­sées.
Nous trai­te­rons donc les sujets sui­vants : défi­ni­tion, typo­lo­gie, col­lecte, cata­lo­gues, valo­ri­sa­tion. Ces thé­ma­ti­ques seront étudiées sous la double vision du sup­port papier et du sup­port numé­ri­que de la lit­té­ra­ture grise.

Et d’ailleurs, pour­quoi cette appel­la­tion de « lit­té­ra­ture » au détri­ment du terme tout sim­ple­ment de « docu­men­ta­tion » ?...

Programme


9h - 9h30 Accueil des par­ti­ci­pants
Mme Corcuff, Directrice des Archives dépar­te­men­ta­les du Val-de-Marne et Danielle Benazzouz, repré­sen­tante du CA de l’AAF,

9h30 : Introduction : AAF / BA : Annie Prunet, Magali Etile, Alexandre Chevaillier et Sabine Souillard

9h45 : Début des tra­vaux

I Du déve­lop­pe­ment de la docu­men­ta­tion à la nais­sance de la lit­té­ra­ture grise

9h45 - 10h15 1. éléments d’his­toire et de défi­ni­tion
Naissance de la docu­men­ta­tion dans les entre­pri­ses, les admi­nis­tra­tions, les uni­ver­si­tés et les biblio­thè­ques.
Terminologie de la lit­té­ra­ture grise

Intervenant : Joachim Schöpfel, Enseignant-cher­cheur en scien­ces de l’infor­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion à l’Université de Lille et membre du labo­ra­toire GERiiCO

10h15 – 11h15 2. typo­lo­gie variée en BA
La lit­té­ra­ture grise est omni­pré­sente en BA. Elle est d’une grande richesse docu­men­taire mais pose de nom­breux pro­blè­mes de ges­tion.

Intervenante : Sylvie Pontillo, Archives natio­na­les d’outre-mer, Responsable de la biblio­thè­que
Intervenante : Sandrine Haon, Conservateur de biblio­thè­que à l’École natio­nale vété­ri­naire d’Alfort

11h15 – 11h45 3. cons­ti­tuer de la lit­té­ra­ture grise
Conserver et valo­ri­ser les mémoi­res des étudiants.e.s en école d’art

Intervenante : Aurélie Quinodoz, docu­men­ta­liste, école d’art de Grenoble

11h45 – 12h15 4. enjeux des docu­ments gris : Communicabilité, exploi­ta­tion, confi­den­tia­lité des études, des thèses et autres docu­ments de biblio­thè­que : Sont-ils le reflet des docu­ments d’archi­ves ?
Intervenante : Danielle Benazzouz, Conservateur, chef du ser­vice des fonds aux Archives dépar­te­men­ta­les du Val-de-Marne

12h15 – 12h30 échanges / débats

12h30 - 14h Pause Déjeuner

II De la lit­té­ra­ture grise vaga­bonde à la lit­té­ra­ture grise visi­ble, le docu­ment gris - ancien ou contem­po­rain : un docu­ment patri­mo­nial comme les autres ?

14h – 16h00 Table ronde : Catalogues, valo­ri­sa­tion et par­te­na­riats au ser­vice des docu­ments gris papiers et numé­ri­ques

14h – 14h30 1. cata­lo­gues et valo­ri­sa­tion des col­lec­tions grises : les outils en biblio­thè­que
Intervenante : Marie-Jo Milon, Archiviste, Archives dépar­te­men­ta­les du Val-de-Marne : genèse du cata­lo­gue de lit­té­ra­ture grise des AD94 et péren­ni­sa­tion des docu­ments numé­ri­ques.

14h30 – 15h15 2. valo­ri­sa­tion des col­lec­tions grises : signa­le­ment et par­te­na­riat entre biblio­thè­ques
Intervenant : Joachim Schöpfel, Enseignant-cher­cheur en scien­ces de l’infor­ma­tion et de la com­mu­ni­ca­tion à l’Université de Lille et membre du labo­ra­toire GERiiCO

15h15 – 16h 3. du papier au numé­ri­que, le pas est-il fran­chi ? Exemple du fonds d’archi­ves électorales du Centre de recher­ches poli­ti­ques de Sciences Po" / Présentation de CollExPersée – Labelliser une col­lec­tion
Intervenantes : Sophie Forcadell, Responsable du ser­vice “Appui à la Recherche & Outils Numériques” à la Direction des Ressources et de l’Information Scientifique de Sciences Po, et Oléséa Dubois, Responsable du ser­vice de numé­ri­sa­tion et archi­vage numé­ri­que à la Direction des Ressources et de l’Information Scientifique de Sciences Po.

16h – 16h30 échanges / débats

16h30 Conclusion de la jour­née

16h45 - 17h30 : visite du centre de docu­men­ta­tion du Mac Val ou visite des col­lec­tions et/ou expo­si­tion (ins­crip­tion sur place)

Inscriptions


Les ins­crip­tions se font obli­ga­toi­re­ment en ligne sur ce site
Billetterie Weezevent

Si vous ne visua­li­sez pas le module, cli­quez sur ce lien
https://www.wee­ze­vent.com/jour­nee-du-groupe-biblio­the­ques-dar­chi­ves

Retour en haut de la page