Appel à contribution pour la journée d’étude « Quelle mémoire pour l’éducation et la recherche ? » le 6 novembre 2015

lundi 16 février 2015
  • Imprimer

Organisateurs :
Association des archi­vis­tes fran­çais (AAF)
Section des archi­vis­tes des uni­ver­si­tés, rec­to­rats, orga­nis­mes de recher­che
et (mou­ve­ments) étudiants (AURORE)
Rectorat de Poitiers - Université de Poitiers
Centre natio­nal d’ensei­gne­ment à dis­tance (CNED)

« Quelle mémoire pour l’éducation et la recher­che ? »
Sélection et tri des archi­ves, docu­ments et don­nées
Journée d’étude du 6 novem­bre 2015 de la sec­tion Aurore

Appel à contri­bu­tion
La sec­tion des archi­vis­tes des uni­ver­si­tés, rec­to­rats, orga­nis­mes de recher­che et - mou­ve­ments - étudiants (AURORE) de l’asso­cia­tion des archi­vis­tes fran­çais (AAF) orga­nise annuel­le­ment une jour­née d’étude ouverte à tous (archi­vis­tes, cher­cheurs, res­pon­sa­bles d’établissement, publics, de cen­tres d’archi­ves, curieux etc.) et cen­trée sur un thème de réflexion.
Elle a consa­cré ses pré­cé­den­tes jour­nées d’étude aux ques­tions de la défi­ni­tion des archi­ves des uni­ver­si­tés, rec­to­rats, orga­nis­mes de recher­che et mou­ve­ments étudiants et de la mise en place du réseau AURORE (Caen, 2007), de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion de la fonc­tion archi­ves (Paris, 2008), de la conser­va­tion des archi­ves électroniques (Montpellier, 2009), de la valo­ri­sa­tion (Angers, 2010), des espa­ces de conser­va­tion (Nantes, 2011), des pra­ti­ques de col­lecte et de clas­se­ment (Toulouse, 2012) et de l’accès aux archi­ves (Bruxelles, 2014). Le 6 novem­bre 2015, le centre natio­nal d’ensei­gne­ment à dis­tance (CNED), l’uni­ver­sité et le rec­to­rat de Poitiers seront nos hôtes pour porter notre atten­tion sur la sélec­tion des archi­ves, docu­ments et don­nées de l’ensei­gne­ment et de la recher­che.
Chacun d’entre nous, pour une durée plus ou moins longue, a consa­cré une partie de sa vie à suivre des études sco­lai­res voire supé­rieu­res, des for­ma­tions pro­fes­sion­nel­les, et, pour une frac­tion, a dis­pensé des ensei­gne­ments, par­ti­cipé a l’enca­dre­ment et à la ges­tion d’un établissement, a fait partie d’un mou­ve­ment étudiant ou a effec­tué des tra­vaux de recher­che pour soi ou dans un cadre pro­fes­sion­nel. Toutes ces acti­vi­tés sont pro­duc­tri­ces de docu­ments sur tous sup­ports dont les masses consi­dé­ra­bles ne peu­vent être indé­fi­ni­ment conser­vées sous peine d’engor­ge­ment des locaux et des ser­veurs et de sura­bon­dance des sour­ces pour les cher­cheurs.
Mais bien que le tri et la sélec­tion de ces docu­ments soient le lot des archi­vis­tes depuis la Révolution, aucun outil n’a pu être et ne pourra sans doute être conçu pour per­met­tre de mesu­rer auto­ma­ti­que­ment leur valeur, dif­fé­rente selon les besoins et deman­des de chacun (par­ti­cu­lier, cher­cheur, généa­lo­giste ou encore ges­tion­naire) et les pos­si­bi­li­tés offer­tes en matière de conser­va­tion et de consul­ta­tion. Les pro­fes­sion­nels des archi­ves doi­vent sou­vent s’en remet­tre à des prin­ci­pes, à leur bon sens et à leur expé­rience pour les guider dans leurs appré­cia­tions.

Ces prin­ci­pes évoluent avec la société et se tra­dui­sent notam­ment en France par une régle­men­ta­tion natio­nale dont le pre­mier exem­ple dédié à l’Éducation est une cir­cu­laire de 1932. D’autres textes lui suc­cè­dent et la com­plè­tent par­ti­cu­liè­re­ment en 1970, en 2005 et plus récem­ment, notam­ment en matière d’archi­ves de la recher­che, en 2007. Au niveau local, ces règle­ments sont enri­chis par le tra­vail quo­ti­dien des archi­vis­tes dans l’élaboration et la remise à jour de tableaux de ges­tion et de bor­de­reaux d’élimination d’archi­ves en col­la­bo­ra­tion avec les pro­duc­teurs de celles-ci.

Au-delà de ces textes, ce sont aussi les pra­ti­ques de tri et de sélec­tion des archi­ves qui évoluent comme l’illus­trent notam­ment l’impor­tance donnée au tra­vail opéré à la source de la pro­duc­tion docu­men­taire qui cons­ti­tue une part essen­tielle du records mana­ge­ment, au recy­clage des docu­ments voués à la des­truc­tion et encore l’exem­ple de la col­la­bo­ra­tion menée entre sta­tis­ti­ciens et archi­vis­tes dans l’élaboration d’un cadre métho­do­lo­gi­que pour l’évaluation, la sélec­tion et l’échantillonnage des archi­ves publi­ques paru en juillet 2014. Parallèlement, ce sont les droits des citoyens ainsi que les sujets et outils de recher­ches qui se diver­si­fient et qui pous­sent les archi­vis­tes à revoir leurs cri­tè­res de tri.
Le sujet est donc com­plexe et mul­ti­forme. Il jus­ti­fie par lui-même la tenue de cette jour­née d’étude.

Les orga­ni­sa­teurs en charge du pro­gramme étudieront des pro­po­si­tions d’inter­ven­tions et de retours d’expé­rien­ces, de 20 à 30 minu­tes en fran­çais en lien – mais pas exclu­si­ve­ment – avec les axes sui­vants qui ne sont que des sug­ges­tions :

1 - La sélec­tion : his­to­ri­que, prin­ci­pes, régle­men­ta­tion

- 1932-2015 : retours sur 83 ans de sélec­tion d’archi­ves dans l’Éducation natio­nale, l’ensei­gne­ment supé­rieur, la recher­che, et les mou­ve­ments d’étudiants et de jeu­nesse.
- L’équilibre entre droit à l’oubli et à la des­truc­tion de don­nées, droit au savoir, besoins judi­ciai­res, démo­cra­ti­ques ou des ser­vi­ces de ren­sei­gne­ments
- Définition et pré­ser­va­tion des valeurs pro­ban­tes et his­to­ri­ques des docu­ments
- L’archi­viste face à ses choix et à sa déon­to­lo­gie
- Élaboration, évolution et usage d’un texte règle­men­taire de sélec­tion d’archi­ves
- L’ensei­gne­ment du tri : com­ment forme-t-on à la sélec­tion des docu­ments ?

2 - Mise en pra­ti­que : métho­do­lo­gie, outils, retours d’expé­rience

- Regards croi­sés sur les choix de conser­va­tion
- Le records mana­ge­ment au quo­ti­dien, le tri à la source
- Concevoir un tableau de ges­tion, un moment de ren­contre entre archi­vis­tes et pro­duc­teurs
- Destruction d’archi­ves et recy­clage écologique ou artis­ti­que
- Méthodes d’échantillonnage et tra­di­tions de tri dans dif­fé­rents orga­nis­mes, en France ou à l’étranger
- Exemples de col­la­bo­ra­tion éclairée entre ser­vi­ces pro­duc­teurs, sta­tis­ti­ciens, archi­vis­tes, cher­cheurs, et autres.
- Les éliminations mal­heu­reu­ses (erreurs, acci­dents, vols, catas­tro­phes natu­rel­les, etc.) et les moyens de les endi­guer (des mesu­res loca­les au Bouclier bleu).
- Classement d’archi­ves pri­vées et acqui­si­tion de docu­ments, d’autres maniè­res de sélec­tion­ner des archi­ves
- Le tri d’archi­ves pri­vées : d’autres cri­tè­res de choix, d’autres pra­ti­ques ?
- Entre engor­ge­ment et pénu­rie, faire le choix juste par rap­port à ses moyens
- etc.

3 – Finalités : quel­les sélec­tions pour quels usages (jus­ti­fi­ca­tion de droits, recher­ches, opé­ra­tions de valo­ri­sa­tion, etc.) ?

Les besoins de l’admi­nis­tra­tion, des juris­tes, des citoyens et de la démo­cra­tie, des cher­cheurs et des archi­vis­tes (sélec­tion­ner des archi­ves pour assu­rer une ges­tion, établir et pré­ser­ver des droits, effec­tuer une recher­che, réa­li­ser une opé­ra­tion de valo­ri­sa­tion, se docu­men­ter, sélec­tion­ner des ouvra­ges pour établir une biblio­thè­que d’aide aux recher­ches et tra­vaux archi­vis­ti­ques, etc.)

Les pro­po­si­tions indi­vi­duel­les ou col­lec­ti­ves devront par­ve­nir avant le 17 avril sous la forme d’un texte (entre 1000 et 2500 signes, espa­ces com­pris) et d’un cur­ri­cu­lum vitae (qui ne sera com­mu­ni­qué qu’aux mem­bres du comité scien­ti­fi­que) envoyés aux adres­ses sui­van­tes : ludo­vic.bou­vier@ac-paris.fr et flo­rian.marie@ac-orleans-tours.fr.
La sec­tion AURORE, ins­crite dans le projet de « dyna­mi­que asso­cia­tive » de l’AAF et dési­reuse d’enri­chir le débat est plei­ne­ment ouverte aux pro­po­si­tions d’inter­ven­tions d’archi­vis­tes d’autres sec­tions ou exté­rieurs à l’AAF ainsi qu’à celles de non archi­vis­tes qui se trou­ve­ront en accord avec le thème défini pour cette jour­née. La sec­tion AURORE assu­rera, dans la limite du rai­son­na­ble et de ses moyens, le rem­bour­se­ment des frais de trans­port des inter­ve­nants.

Comité d’orga­ni­sa­tion
Ludovic BOUVIER, rec­to­rat de Paris
Alice DONNADIEU, rec­to­rat de Poitiers
Nadège GOHIER, centre natio­nal d’ensei­gne­ment à dis­tance (CNED)
Florian MARIE, rec­to­rat d’Orléans-Tours
Amalia VEILLON, uni­ver­sité de Poitiers

Comité scien­ti­fi­que
Membres du comité d’orga­ni­sa­tion +
Hélène CHAMBEFORT, Institut natio­nal de la santé et de la recher­che médi­cale (INSERM)
Claire ETIENNE, uni­ver­sité de tech­no­lo­gie de Compiègne (UTC)
Goulven LE BRECH, Science Po
Charlotte MADAY, uni­ver­sité Paris-Diderot, pré­si­dente de la sec­tion AURORE
Marina MARCHAL, cité des Mémoires étudiantes
Natalia TIHONOV SIGRIST, his­to­rienne, cité des Mémoires étudiantes et centre d’Histoire Sociale de l’uni­ver­sité Panthéon-Sorbonne (Paris I)

Retour en haut de la page